luni, 12 august 2013

le conte français 1- Pygmalion

Il  était une fois  un sculpteur grec qui travaillait dans la solitude et réalisait de très belles statues ; un jour il a réussi une si belle statue de femme qu’il en tomba amoureux, d’un amour sans égal. Il dédia sa vie à cet amour et il souffrait si fort que la déesse Aphrodite, touchée par ce sentiment surhumain donna la vie à la statue qui devint la femme de Pygmalion, Galathée.
***
Nous tous nous sommes  à la fois des Pygmalions et des Galathées pour les autres et pour nous-mêmes. Nous taillons chaque jour l’image des autres, vue de notre point de vue, qui petit à petit devient comme une statue. Un certain  homme nous apparait au premier abord sous une image quelconque, alors nous essayons de rendre vive cette image-là, quoique l’homme soit assez différent de ce que nous avons appris au début.  
Par contre, pendant que nous travaillons régulièrement à nos sculptures humaines, nous subissons à notre tour le travail des autres qui essaient de faire vivre l’image qu’ils ont eu l’impression de surprendre en nous ; et ils commencent leur sculpture personnelle avec nous.
Et nous menons nos vies entre être statue et  sculpter d’autres statues à notre tour jusqu’au moment où nous ne pouvons plus  vivre sur ces chemins en parallèles.  A ce moment-là nous ouvrons nos yeux sur ce que nous faisons et comme nous ne pouvons renoncer à être  sculpteur, nous commençons à tailler notre sculpture avec amour et en même temps nous montrons aux autres notre véritable visage de Galathée déjà vivante.

***

S’il y a des fois où l’amour est si fort et Galathée n’est pas encore vivante, Aphrodite, impressionnée  et  émue intervient et fait de nouveau un  miracle.





Trimiteți un comentariu